31 mai 2013

Film : Quantum Of Solace

Quantum Of Solace (2008)

Réalisateur : Marc Forster
Genre : Action, Espionnage

Synopsis :

Suite à la mort de Vesper, James Bond traque les responsables de sa mort, le menant ainsi sur les traces de Dominic Green, homme d'affaire spécialisé dans l'exploitation des ressources naturels, et d'une organisation nommée Quantum.

Tout fière qu’ils étaient d’avoir relancé leur franchise, Barbara Broccoli et Michael G. Wilson entament, dès la sortie de Casino Royale, la production de Quantum Of Solace. La même équipe à l’écriture (Paul Haggis et le duo Robert Wade/Neal Purvis) et un réalisateur consacré par la critique (Marc Forster) semblait être la chance d’assurer aux fans une belle aventure. Sauf que la grève des scénaristes interrompt brutalement l’écriture alors même que le tournage vient de débuter et que la MGM, endettée jusqu’au cou, fait rugir les créanciers face au faramineux budget alloué à cette séquelle. L’épisode le plus cher jamais produit dans l’histoire de la franchise devient le radeau de la méduse. Sur le plateau, Daniel Craig s’improvise scénariste et termine l’histoire avec l’aide d’un Marc Forster totalement dépassé par les énormes moyens qui sont mis à sa disposition. Montage syncopé, caméra tremblotante, avalanche de poursuites et de fusillades. Le manque d’expérience du cinéaste dans le registre de l’action le pousse à copier - souvent pour le pire - le style de Paul Greengrass, rendant ainsi pratiquement illisible certaines de ses scènes. Mais son scénario, particulièrement inachevé, ne manque finalement pas d'intérêt, notamment dans sa façon d’appréhender des personnages très loin de tout manichéisme, chacun contraint de vendre ses aspirations pour exister et survivre (et ce jusqu’au pourtant effroyable général Medrano). De même, on ne peut que saluer ce portrait d’un 007 meurtri, l’âme blessée par la trahison de Vesper mais animé par ce profond besoin d'amour, enlaçant dans ses bras une jeune femme prisonnière d’un hôtel en flamme ou un allié à l’agonie. Des atouts qui contrebalance l’inconsistance crasse des personnages féminins, reléguées à de simple accessoire dramatique, et d'un vilain desservit par la performance de Mathieu Amalric. Quantum Of Solace est donc un film malade qui part de très, très loin mais qui possède suffisamment de beaux restes pour éveiller un tant soit peu l'intérêt du spectateur. (2/5)

En Bref
  • Les + : La photographie du film, des ébauches de personnages et d'enjeux qui montre à quel point cet épisode a du potentiel, de belles scènes (l'opéra de Bregenz, la mort de Mathis), de beaux décors et la musique de David Arnold.
  • Les - : Un montage qui rend l'action parfois illisible (la poursuite du Palio en est un bon exemple), un scénario qui nous laisse sur notre faim, des personnages féminins dispensables et un Mathieu Amalric qui ne parvient pas à apporter de l'ampleur à son personnage.

21 commentaires:

  1. Franchement mauvais. Pour l'avoir revu récemment, c'est du navet bondien pur souche: aucun scénar (même Forster et Craig le disent), l'action aussi bien shootée soit-elle n'aidant pas à combler les vides, en dehors de Craig et Dench, les acteurs sont très mauvais. Entre la Olga à côté de ses pompes et un Amalric qui déclenche des crises de rire dans le final, qu'est-ce que c'st mauvais. Très mauvais sfx sur la séquence des cordes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Globalement, ce film est raté et fait parti des plus mauvais James Bond. Mais bizarrement, j'arrive à être indulgent à son égard parce qu'il y a des choses qui me plaisent vraiment.

      Supprimer
    2. J'aime bien la poursuite et Craig arrive à sauver les meubles, mais je n'arrive pas à aimer ce film tant il est à côté de la plaque.

      Supprimer
    3. Si c'est la poursuite à pied du Palio dont tu parles, je la trouve horrible. Je préfère celle en voiture en ouverture qui, même si elle est un peu illisible, reste assez impressionnante.

      Supprimer
    4. Non je parlais bien de celle en voiture. Celle des cordes oh purée! Il y a tellement de CGI que cela en devient hideux.

      Supprimer
    5. Autant pour moi car je ne vois pas comment on peut apprécier celle se déroulant à Sienne avec des FX pas tip-top et surtout un montage horriblement sur-découpé.

      Supprimer
    6. Le problème étant que le monteur a voulu donner un rendu à la Jason Bourne mais ça ne marche pas avec Bond. Et puis ces CGI sont tellement moches (je l'ai revu en HD avec le coffret 007 et c'est encore plus laid que sur mon DVD, ça saute aux yeux!) dans cette séquence que cela est franchement honteux.

      Supprimer
    7. Tout cela à cause de l'orientation spectaculaire voulu par le cinéaste et les producteurs.

      Supprimer
    8. Surtout les producteurs, Forster n'ayant pas eu les mains libres.

      Supprimer
  2. Très décevant en effet, pas assez bondien mais ça reste dans la moyenne... 2/4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve qu'il y a pire dans cette saga.

      Supprimer
  3. "Globalement, ce film est raté et fait parti des plus mauvais James Bond. Mais bizarrement, j'arrive à être indulgent à son égard parce qu'il y a des choses qui me plaisent vraiment."

    Bizarrement je suis comme toi, il est mauvais !!!

    Cependant j'y trouve quelques qualités bien sympathique, dont l'histoire qui hélas ne creuse pas assez, ainsi que l'aspect suite directe que j'aime aussi.

    Un gachis qui laisse quelques regrets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, tout n'est pas à jeté dans ce film. Il y a de belles tentatives. Le scénario, comme tu le dis, possède quelques qualités malheureusement très mal exploité. Et puis je trouve la scène à l'opéra de Bregenz terriblement envoutante.

      Supprimer
  4. assez décevant dans l'ensemble, surtout après l'excellent Casino Royale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, difficile de passer après Casino Royale, qui était vraiment très bon.

      Supprimer
  5. Pas mieux. Bond à l'opéra retrouve un peu de voix mais se prend les pieds dans les cordes à Sienne. Le montage atroce gâche le plaisir d'un film qui avait pourtant du potentiel (un joli titre pour commencer).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment ce qui sauve ce film, ce potentiel que l'on ressent mais qui n'est pas toujours exploité à l'écran.

      Supprimer
  6. Perso, je ne comprends ces coms !
    J'ai vraiment accroché au film, qui peut déranger car il fait de Bond une vraie bête sauvage, au passage très bien interprétée par Craig !
    Amalric est le meilleur méchant de la série depuis Carlyle dans Le monde ne Suffit pas, et le film jouit, il ne faut pas l'oublier, d'un montage que j'ai trouvé très rapide, certes, mais pas pour autant illisible (mon p'tit cerveau a tout capté).
    3,5/5 perso, même si je sais que ça va bousculer pas mal de monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas tant le caractére de Bond que sa mise en image qui gène. C'est une identité visuel qui, je trouve, ne lui va pas ou qui est très mal maitrisé si le but était de rendre compte par ce montage du coté "bête sauvage" qui sommeille en Bond. Autant j'adore Jason Bourne et son style, autant là, ça ne passe pas. Il faudra d'ailleurs que je compare le nombre de plan dans la scène du Palio est dans une scène d'un Jason Bourne.

      Pour ce qui est d'Almaric, il n'est pas mauvais mais je le trouve très simple et j'avais eu la même réflèxion concernant Carlyle. Il n'y a pas d'éclat dans leur jeu mais cela reste meilleur que Toby Stephens dans Meurs Un Autre Jour.

      Supprimer
    2. Plus que pas mauvais, je lui trouve un charisme, une vraie présence que n'avais pas Mikkelsen !
      En outre, le rythme est vraiment survolté !
      Et pour ce qui est de la comparaison avec Bourne, on devrait trouver le même nombre, surtout si tu compares avec la Vengeance dans la Peau !

      PS : hdef=hannibal et désolé du retard, je n'avais pas vu ton com :(

      Supprimer
    3. Pas grave :)
      Perso, je préfère l'interprétation de Mikkelsen que celle d'Almaric. Question de goût sans doute, mais j'aime pas ses jeux de regards dans ce film et sa locution très lente m'énerve un peu. Mais le personnage en lui même avait de quoi devenir un très bon nemesis.

      Supprimer