12 décembre 2013

Film : Prédictions

Prédictions (2009)

Réalisateur : Alex Proyas
Genre : Fantastique, Science Fiction

Synopsis :

En 1959, dans le cadre d'un concours, les élèves d'une école primaire placent leurs dessins du futur dans une capsule scellée. Cinquante ans plus tard, alors que la capsule est réouverte et les dessins distribués aux nouveaux élèves, le fils de John Koestler reçoit une curieuse liste de chiffres.


Prédictions, réalisé par Alex Proyas (Dark City, I,Robot), rassemble tous les ingrédients nécessaires au bon accomplissement d'une intrigue fantastique. Un prologue angoissant, un générique d’ouverture très graphique et une présentation active et dynamique des enjeux et du personnage principal nous permettent ainsi d'apprécier instantanément l'histoire proposée par le cinéaste et son troupeau de scénaristes. On accroche d'ailleurs de suite au personnage de John Koestler, père veuf noyant sa tristesse dans l'alcool, un professeur de science qui va voir ses certitudes vaciller à la découverte d'une liste de chiffres dont leurs associations semblent annoncer l'arrivée de catastrophes futures. Le hasard et le déterminisme s'écharpent alors que le héros s'interroge sur la nature de ce manuscrit crypté et sur les lois de l'existence de l'Homme sur Terre. À la fois oeuvre de divertissement et objet de réflexion, Prédictions profite donc de cette double lecture pour amener le spectateur dans une aventure dans laquelle se mêle le plaisir scopique des grands spectacles américains et la cérébralité des solides oeuvres fantastiques. La mise en scène interroge et croise les vues d'ensemble et les détails, nous conduisant vers deux impressionnantes catastrophes, de dantesques capharnaüms de sons et de lumières que l’on aura bien du mal à oublier une fois la projection terminée. Cette ambiance tragi-cauchemardesque est d'ailleurs la clé de ce cinéma, très efficace lorsqu'il se doit d'effrayer le spectateur, avec l'appuie du talentueux Marco Beltrami, et étonnamment délicat lorsqu'il aborde les rapports conflictuels entre John et son jeune fils, scènes d'une infinie justesse, portées par l'alchimie du duo Nicolas Cage/Chandler Canterbury. Cette vision à hauteur d'homme, parcellaire et sensible, fonctionne parfaitement jusqu’à un dénouement qui vient faucher notre enthousiasme, le film livrant son âme à la science-fiction théologique pour déboucher sur une image finale d'un goût douteux. (3.5/5)


Knowing (États-Unis, 2009). Durée : 2h01. Réalisation : Alex Proyas. Scénario : Alex Proyas, Stuart Hazeldine, Stiles White, Juliet Snowden, Ryne Pearson. Image : Simon Dunggan. Montage : Richard Learoyd. Musique : Marco Beltrami. Distribution : Nicolas Cage (John Koestler), Chandler Canterbury (Caleb Koestler), Rose Byrne (Diana Wayland), Lara Robinson (Abby Wayland), Ben Mendelsohn (Phil Beckman).

21 commentaires:

  1. Un film qui a été maltraité par à peu près tout le monde, mais franchement ça a déjà plus de couilles que cette merde de 2012! Il n'y a pas photo d'autant que niveau catastrophe, on n'a que du bon et ce malgré quelques sfx mal fait (je pense au train) avec du métro défoncé, de l'avion qui s'écrase, de l'apocalypse qui tâche et dans un pessimisme rare. Punaise que j'ai hâte de revoir Proyas. Il me semble qu'il est sur une histoire egyptienne avec des dieux mais je ne suis pas sûr. Une moindre cause après la perte de Dracula Year one et surtout Le paradis perdu qui aurait été épique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est les dernières nouvelles que l'on a de lui. A voir si son projet sur l'Egypte aboutira, mais c'est un réalisateur qui a un peu la poisse.

      Supprimer
    2. Bah The crow, Brandon Lee se prend une mauvaise balle. Dark City, New Line donne les décors à Warner pour Matrix, saccage le montage et dénature le film de son caractère violent et sexué (le personnage de Melissa George était complètement zappé du montage salle de ce que j'ai compris). I, robot, Will Smith a fait chier Proyas sur le script, la salle de montage lui a encore échappé, on y retrouve quinze tonnes de placement de produit. Il n'y a que Prédictions qui semble avoir eu une production stable et encore le film n'a pas bien marché. Vraiment pas de bol pour ce réalisateur australien!

      Supprimer
    3. Pourtant, c'est techniquement un très bon cinéaste. J'accroche pas trop trop à I,Robot, mais j'aime beaucoup sa façon de réaliser.

      Supprimer
    4. Le problème d'I,robot c'est justement ce que j'ai dit plus haut. Le film aurait pu être bien plus profond, mais a non seulement dû faire face à des modifications de scénar (Smith plus sympa, placements de produits directement insérés dans les dialogues), les placements de produits et puis le cut de la production. Si Dark City a eu droit à son director's cut je ne pense pas que I,robot en aura un jour.

      Supprimer
  2. Zéro pointé en ce qui me concerne. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo!!!!!!!!

      Supprimer
  3. un film de SF ambitieux avec un Nicolas Cage plutôt convaincant dans l'ensemble et qui tient plutôt ses promesses dans l'ensemble

    RépondreSupprimer
  4. un petit film sympathique, d'un thème assez récurrent en SF; il me fait penser au roman d'Arthur.C.Clarke " les enfants d’Icare". Pas un chef d’œuvre mais honnête.PS j'aime bien N.Cage alors je ne suis pas forcément objectif...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas du tout Les Enfants d'Icare. Merci pour l'info en tout cas, j'y jetterais un oeil un de ces jours :)

      Supprimer
  5. Un film bien sympa, mais surtout la première partie. Ensuite ça redevient assez banal et la fin est carrément kitsch.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, la fin : ouille, ouille, ouille !

      Supprimer
  6. En effet, c'est bien dommage que la fin vienne tout plomber, car l'intrigue tenait en haleine, et les catastrophes, en plus d'aller crescendo avaient le genre d'impact que peu de films du genre dépeignent. Pas comme 20132 par exemple :D
    Et puis le score de Beltrami était bien surprenant, avec ses montées à la Bernard Herrmann, j'adhère :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour sûr, le film d'Emmerich n'égale pas l'efficacité des catastrophes de Proyas.
      Et comme toi, j'adore le score de Beltrami, sans doute l'un de ses meilleurs.

      Supprimer
  7. Plutôt d'accord... mais finalement il laisse une faible empreinte, d'ailleurs je n'en ai quasiment aucun souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un film qui restera avant tout pour son suspens et sa mise en scène.

      Supprimer
  8. Complètement d'accord ! Un petit film très sympathique, qui s'est fait beaucoup taillé sur sa fin malgré son sens aigu du suspense et sa bonne gestion du fantastique. Bon film de Nicolas Cage, je garde un bon souvenir de cette expérience (d'ailleurs, c'est sans doute le moment de retenter).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les critiques sont effectivement restées bloquées sur la fin, alors que les 90 minutes précédentes sont quand même exceptionnelles.

      Supprimer
    2. Revu avec un camarade cinéphile. Un film sympathique, avec un brin de spectaculaire. Il décolle surtout quand l'apocalypse commence à être annoncée, et les visions de cette dernière tiennent leurs promesses... La fin, d'ailleurs, cultive asse bien l'ambiguité entre extra terrestres et vision divine. Tout le monde semble focalisé sur l'interprétation strictement catholique (anges, lumière divine, jardin d'eden...). Ces symboles sont là, mais avec une distance marquée, sans que l'affiliation soit complètement marquée.

      Supprimer
    3. C'est mon avis personnel, mais je trouve que le nouveau monde final est trop marqué visuellement, et peut-être aussi musicalement. Je parle pour moi ici, mais ce qui me dérange, ce n'est pas tant les symboles religieux qui sont associé à cet épilogue, mais la façon trop glorieuse de l'amener. J'ai l'impression qu'on essaye gommer les morts pour imposer un happy-end.

      Supprimer